151 Bond Street
P.O. Box 323
Vankleek Hill, ON K0B 1R0
Phone: (613) 678-2002 or (866) 678-2001
Fax: (613) 678-2045

Pour Vous Aider à Guérir

Permettez-vous de pleurer votre perte

Une personne que vous aimez est décédée. Maintenant, vous devez composer avec le besoin - difficile mais important - de pleurer la perte de cet être cher, de vivre votre deuil. Le deuil est une façon ouverte d'exprimer vos pensées et vos sentiments en relation au décès et à la personne décédée. Le deuil une partie essentielle de la guérison. Vous entreprenez un voyage qui, souvent, est effrayant, douloureux, écrasant et parfois empreint de solitude. Ce texte vous offre des suggestions pratiques pour vous diriger vers la guérison au cours de votre expérience personnelle du deuil.

Votre deuil est particulier

Votre deuil est particulier. Aucune personne ne vivra son deuil de la même façon que vous. Plusieurs facteurs auront un effet sur votre expérience : votre relation à la personne décédée; les circonstances entourant son décès; votre réseau personnel de soutien affectif; et vos antécédents culturels et religieux.

Ces facteurs feront en sorte que vous vivrez votre deuil d'une façon bien particulière. N'essayez pas de comparer votre expérience à celle d'autres gens, ou de formuler des hypothèses quant à la durée de votre deuil. Considérez l'approche un jour à la fois qui vous permettra de vivre votre deuil à votre propre rythme.

Discutez de votre deuil

Exprimez votre deuil ouvertement. Le partage de votre grief avec d'autres entraîne la guérison. Votre deuil ne disparaîtra pas si vous l'ignorez. Souvent, on se sent mieux lorsqu'on en discute. Permettez-vous de parler du cœur et non seulement de la tête. Cela ne signifie pas que vous perdez la maîtrise de soi ou que vous êtes enclin à la folie. Cela est une partie normale de votre voyage dans le deuil. Trouvez des amis et des membres de votre parenté compatissants qui vous écouteront sans porter de jugements. Recherchez des gens qui marcheront à vos côtés, et non devant vous ou derrière vous pendant votre voyage dans le deuil. Évitez les personnes qui critiquent ou qui tentent d'accaparer votre deuil. Il se peut que ces gens vous disent garde la tête haut ou continue ou sois heureux. Quoique les gens qui font ces commentaires puissent avoir de bonnes intentions, vous n'êtes pas obligé de les accepter. Vous avez le droit d'exprimer votre deuil; personne n'a le droit de vous l'enlever.

Attendez-vous à de nombreuses émotions

Vivre une perte affecte votre tête, votre cœur et votre esprit. Donc, vous vivrez toute une gamme d'émotions dans votre processus de deuil. La confusion, le manque d'organisation, la peur, la culpabilité, le soulagement et des réactions fortes ne sont que quelques-unes des émotions que vous puissiez vivre. Parfois, vous vivrez ces émotions les unes après les autres dans un court laps de temps et parfois il se peut qu'elles se produisent simultanément.

Aussi étrange que ces émotions puissent vous sembler, elles sont tout à fait normales et saines. Permettez-vous d'apprendre à partir de ces sentiments. Ne soyez pas surpris si vous ressentez soudainement des vagues de deuil, sans raison évidente et parfois à des moments tellement inattendus. Ces épisodes de deuil intense peuvent vous effrayer et vous laisser avec une sensation d'écrasement. Cependant, ce sont là des réactions normales à la perte d'un être cher. Tentez de trouver quelqu'un qui comprend vos sentiments et qui vous permettra d'en discuter.

Anticipez l'engourdissement

Dans les premiers jours du deuil, on ressent souvent une sensation d'étourdissement ou d'engourdissement. Cet engourdissement sert une fin utile : il permet à vos émotions de rattraper ce que votre cerveau vous dit. Cette sensation aide à vous isoler de la réalité de la mort jusqu'à ce que vous soyez davantage en mesure de tolérer ce que vous ne voulez pas croire.

Respectez vos limites physiques et affectives

Vos sentiments de perte et de tristesse vous laisseront fatigués, en toute probabilité. Votre capacité de raisonner clairement et de prendre des décisions peut être affaiblie. Votre faible niveau d'énergie peut vous ralentir, naturellement. Respectez les indications que votre corps et votre esprit vous fournissent. Consolez-vous. Reposez-vous chaque jour. Mangez des repas équilibrés. Dégagez votre horaire dans la mesure du possible. Le fait de vous offrir du réconfort ne signifie pas que vous vous plaignez: cela signifie que vous faites appel à vos habiletés de survie.

Établissez une structure de soutien

Il est souvent difficile de tendre la main aux autres et accepter leur appui, surtout lorsque vous ressentez tant de douleur. Cependant, le plus grand effort autonome de compassion que vous puissiez faire en ces temps difficiles est de trouver un réseau d'amis et de parents compatissants qui vous offriront la compréhension dont vous avez besoin. Trouvez des gens qui vous encourageront à être vous-même et reconnaîtront vos émotions - autant les tristes que les joyeuses.

Profitez des rites

Les rites funèbres accomplissent davantage que le simple fait de reconnaître le décès d'un être cher. Cela vous offre l'appui de gens compatissants. Surtout, les funérailles sont une façon pour vous d'exprimer votre deuil ouvertement. Si vous éliminez ce rituel, vous vous disposez souvent à refouler vos sentiments et vous privez les gens bienveillants de l'occasion de rendre hommage à une personne que l'on a aimée et que l'on aimera toujours.

Embrassez votre spiritualité

Si la foi fait partie de votre vie, exprimez-la de façons qui vous semblent appropriées. Permettez-vous de vous entourer de gens qui comprennent et qui appuient vos croyances religieuses. Si vous ressentez de la colère envers Dieu à cause de la perte d'un être cher, comprenez que cette émotion est une partie normale de votre deuil. Trouvez quelqu'un qui ne critiquera pas les pensées et les émotions que vous devez explorer.

Il se peut que vous entendiez quelqu'un dire : Avec la foi, le deuil n'est pas nécessaire. N'y croyez pas. La foi personnelle ne vous isole pas du besoin de discuter et d'explorer vos pensées et vos sentiments. Si vous reniez votre deuil, vous vous exposez à des problèmes qui s'accumuleront dans votre fort intérieur. Exprimez votre foi mais donnez libre cours à votre deuil également.

Permettez-vous de chercher le sens de tout cela

Vous découvrirez peut-être que vous vous posez des questions telles : Pourquoi est-il mort?; Pourquoi est-elle morte de cette façon?; Pourquoi cela est-il arrivé maintenant?. Cette recherche d'un sens à tout cela est une autre partie normale du processus de guérison. Il y a des réponses à certaines questions tandis que d'autres n'en ont pas. De fait, la guérison est le résultat de l'occasion de poser les questions, mais pas nécessairement d'y trouver des réponses. Trouvez un ami compatissant qui écoutera de façon attentive pendant que vous cherchez le sens dans tout cela.

Conservez vos souvenirs précieusement

Les souvenirs constituent l'un des meilleurs héritages qui existent après la perte d'un être cher. Conservez-les précieusement. Partagez-les avec votre famille et vos amis. Reconnaissez que vos souvenirs peuvent vous porter à rire ou à pleurer. De toute façon, ces souvenirs font partie de façon permanente de la relation que vous aviez avec une personne spéciale dans votre vie.

Acceptez votre deuil et vous guérirez

La capacité d'aimer comprend le besoin d'être en deuil lorsque meurt une personne que vous aimez. Vous ne pouvez pas guérir à moins d'exprimer votre grief ouvertement. Si vous reniez votre deuil, vous ressentirez davantage les sensations de bouleversement et d'écrasement. Acceptez votre deuil et vous guérirez.

La réconciliation avec le deuil ne se produira pas rapidement. Souvenez-vous que le deuil est un processus et non un événement. Faites preuve de patience et de tolérance envers vous-même. N'oubliez jamais que la mort d'un être cher change votre vie pour toujours. Cela ne signifie pas que vous ne serez jamais heureux par la suite. C'est tout simplement que vous ne serez plus exactement la même personne que vous étiez avant le décès.